Protestant, donc ouvert à tous

Publié le par Eric George

Une croix huguenote humaine se déploie dans les arènes de Nîmes. L'événement est amusant, impressionnant puisqu’il nous fait entrer dans le livre des records. Sans doute, fait-il un peu chaud à nos cœurs parpaillots. Pourtant, il m'interroge tant il me paraît creux, vide de tout message. Combien de nos contemporains savent-ils ce qu'est la croix huguenote ? Bien moins que nous ne le pensons.

Pourtant, malgré cette discrétion du protestantisme traditionnel, peut-être à cause d'elle, nous voyons des frères et des sœurs se tourner vers nous et je doute que ce soit parce qu’une croix huguenote humaine tourne dans les arènes nîmoises.

Parmi eux, ces couples qui nous demandent un accompagnement, un signe, que leur église ne peut pas leur donner.

Parmi eux, ces visiteurs qui poussent la porte de nos temples, de nos études bibliques pour y découvrir une autre approche du texte biblique et de la foi.

Parmi eux, ces curieux, croyants ou non, qui lisent nos auteurs, consultent notre presse et nos sites pour y trouver une autre lecture du monde.

Quelles que soient leurs origines, les raisons qui les ont poussés tout d'abord à frapper à notre porte, certains, parmi ces visiteurs, franchissent le pas, de manière tacite ou implicite ; d'autres resteront sur le seuil, vis-à-vis, amicaux et réguliers ; d'autre encore disparaîtront de notre champ de vision.

C'est pour tous ces visiteurs que nous devons sans cesse nous reposer la question de notre identité afin d'être toujours une Église forte dans ses convictions mais ouverte, riche de son histoire mais accueillante, vivante de ses débats mais audible, et surtout, surtout une Église qui ne trouve pas sa source dans l'Allemagne du XVIe siècle mais dans le Christ ressuscité, une Église qui n’affiche pas un signe cabalistique mais une bonne nouvelle.

Affichons-nous, soyons visibles mais que ce soit par notre témoignage, nos paroles, nos actes et pas par nos bijoux et symboles.

                                                         

 

Publié dans Editoriaux

Commenter cet article