La fin d’Halloween, une espérance ?

Publié le par Eric George

Je compte sur les doigts d’une main les citrouilles que j’ai croisées ces dernières semaines au fil de mes pérégrinations… J’avais bien noté le tassement de la fête d’Halloween ces dernières années et cette fois, je pense que  Jack O’Lantern a pour de bon renoncé à s’installer en France.

Je n’ai jamais fait partie des militants anti-halloween, je n’ai jamais été allergique aux citrouilles, je n’ai jamais vu les monstres de cinéma et de carnaval comme de dangereux échappés de l’enfer, je n’ai jamais entendu le « Trick or treat » comme un slogan satanique et mortifère. Pourtant, cette fin d’Halloween en France a tendance à me réjouir.

Non, je ne crois pas qu’Halloween soit une fête de la mort, ni qu’elle soit empreinte d’un satanisme rampant… Halloween n’était qu’une fête commerciale de plus, une importation américaine qui avait pour but de nous vendre de nouveaux gadgets et c’est pour cela que je trouve dans son échec une raison d’espérer

Le merchandising le plus efficace, la campagne publicitaire la plus soutenue n’ont pas pu imposer une fête à notre société. Or, c’est important une fête, depuis les temps les plus anciens, c’est par nos fêtes que nous nous approprions le temps, que nous marquons notre rythme. L’échec d’Halloween, c’est l’échec de la société marchande à changer notre rythme … Et c’est cela qui est important.

Ainsi, nous ne sommes pas complètement conditionnés par ce que nous voyons à la télévision ou dans les vitrines. Ainsi, il nous reste un petit brin de liberté, de capacité de choisir, de ne pas gober tout rond toutes les citrouilles qu’on nous propose… Oui, cet échec d’Halloween nous offre un petit espoir que l’argent et le commerce ne dirigent pas absolument complètement notre monde, que nous avons gardé une petite marge de manœuvre…

Et j’ose aller un peu plus loin dans mon espérance… Après tout, qui sait ? Si l’esprit commercial n’a pas su faire naître une fête, peut-être ne parviendra-t-il pas non plus à totalement en enterrer une autre, peut-être joujoux, bijoux, gros sous ne parviendront-ils pas non plus à étouffer complètement l’enfant déposé dans une mangeoire…

C’est vers la simplicité et le dépouillement de la mangeoire que je vous invite à tourner vos cœurs en fête.

Plus de joyeux Halloween mais déjà et toujours un très, très joyeux et vrai Noël à tous !

 

Eric George

Publié dans Editoriaux

Commenter cet article