Vie intérieure

Publié le par Eric george



Seigneur, tu m’as examiné à fond, tu me connais ; toi, tu sais quand je m’assieds et quand je me lève, tu comprends de loin ma pensée ; tu sais quand je marche et quand je me couche, et tu pénètres toutes mes voies.
Psaume 139

Le grand arbre est tombé. Tous, nous avons appris à lire l’âge d’un arbre en comptant les cernes du bois. Mais ici, les coupes, je devrais écrire, les brisures de la souche et du tronc, révèlent tellement plus : des galeries, des nœuds, des éclats…

En voyant la vie intérieure de cet arbre, je pense aux services d’annonce de l’Evangile aux endeuillés qui ont marqué la vie de notre paroisse. Ces services au cours desquels on voit toujours arriver plus de monde que ce que la famille envisageait. Comme si chacun, à l’instar du grand arbre, recelait une vie intérieure bien plus riche qu’on pourrait l’imaginer de l’extérieur… Plus riche même que l’individu pourrait lui-même le soupçonner.
Je ne parle pas bien sûr de biologie, mais plutôt du foisonnement des relations que nous tissons au cours de notre existence, de la manière dont nous touchons, plus profondément que nous aurions pu le soupçonner, certains de ceux dont nous croisons la route. Oui, une myriade d’existences sont reliées à la nôtre. Souvent à notre insu.

De même, notre être profond recèle aussi ses fêlures et ses forces, là encore souvent insoupçonnables de l’extérieur et parfois ignorées ou oubliées de nous-mêmes. Et qui pourtant font de nous ce que nous sommes…

La période de carême dans laquelle nous entrons, ce temps liturgique sans fête, sans événement particulier, pourrait nous rappeler à quel point c’est dans notre vie toute entière, y compris dans ce que nous en ignorons nous-mêmes, que nous sommes regardés, aimés et délivrés par Dieu. Après tout, les 40 jours de carême évoquent 40 ans, c'est-à-dire, selon la Bible, une génération, une vie entière…

Alors, que ces 40 jours ne soient pas une pause dans notre activité quotidienne. Au contraire, vivons pleinement notre vie de tous les jours, nos temps de travail et nos loisirs, nos réussites et nos faillites. Vivons les pleinement mais en conscience que tout, tant les zones d’ombre que les zones de lumière sont sous le regard de Dieu.   
                         Eric George.

Publié dans Editoriaux

Commenter cet article