N comme:

Publié le par Eric George



Naissance

Elle met au monde un fils, son premier enfant. Elle l’enveloppe dans une couverture et elle le couche dans une mangeoire.

Luc II, 7

Parler de naissance, aujourd’hui, c’est parler de cadeau, de la vie qui commence. C’est vrai qu’une naissance c’est cela, mais c’est aussi le risque, la fragilité et la faiblesse. Pour rejoindre l’humanité, pour être avec elle, Dieu naît et loin des spéculations théologiques, c’est dans la simplicité de cette naissance qu’Il se fait Emmanuel.

 

Nouveau-né

Et ceci sera pour vous un signe : vous trouverez un nouveau–né emmailloté et couché dans une mangeoire.

Luc II, 12

De nombreuses peintures et sculptures représentent l’enfant Jésus en majesté, port altier, main levée en signe de bénédiction. L’intention de ses œuvres est évidente, elles sont souvent magnifiques mais elles font partie des représentations les plus mensongères de Noël. C’est comme un bébé que Jésus est venu dans le monde. Un bébé, c’est un être humain qui n’a aucun contrôle sur son corps, qui ne peut ni se tenir assis, ni se retourner, qui ne peut ni parler ni être propre, qui a entièrement besoin de soins. Dieu rejoint l’humanité dans une naissance, c'est-à-dire qu’il se fait tout proche également de ceux qui n’ont pas ou plus le contrôle de leur corps ou de leur esprit et qui n’en sont pas moins humains.

Publié dans Abécédaire de Noël

Commenter cet article