M comme:

Publié le par Eric George




Mages :

Jésus naît à Bethléem, en Judée, au moment où Hérode le Grand est roi. Alors, des sages viennent de l’est et arrivent à Jérusalem. Ils demandent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile se lever à l’est, et nous sommes venus l’adorer. » Quand le roi Hérode apprend cela, il est troublé, et tous les habitants de Jérusalem aussi. Le roi réunit tous les chefs des prêtres de son peuple avec les maîtres de la loi. Il leur demande : « À quel endroit est–ce que le Messie doit naître ? » Ils lui répondent : « Le Messie doit naître à Bethléem, en Judée. En effet, le prophète a écrit :  “Et toi, Bethléem, du pays de Juda, tu n’es sûrement pas la moins importante des villes de Juda. Oui, un chef va venir de chez toi, il sera le berger de mon peuple, Israël.” » Alors Hérode fait appeler les sages en secret. Il leur demande : « À quel moment est–ce que l’étoile est apparue ? » Ensuite il les envoie à Bethléem en disant : « Allez vous renseigner exactement sur l’enfant. Quand vous l’aurez trouvé, venez me prévenir, et moi aussi, j’irai l’adorer. » Après ces paroles du roi, les sages se mettent en route. Ils aperçoivent l’étoile qu’ils ont vue à l’est. Ils sont remplis d’une très grande joie en la voyant. L’étoile avance devant eux. Elle arrive au–dessus de l’endroit où l’enfant se trouve, et elle s’arrête là. Les sages entrent dans la maison, et ils voient l’enfant avec Marie, sa mère. Ils se mettent à genoux et adorent l’enfant. Ensuite, ils ouvrent leurs bagages et ils lui offrent des cadeaux : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Après cela, Dieu les avertit dans un rêve de ne pas retourner chez Hérode. Alors ils prennent un autre chemin pour rentrer dans leur pays.

Matthieu IX, 1 à 12

Ils n’étaient pas rois, ils n’avaient pas de nom, ils n’étaient sans doute pas trois. Dans l’évangile selon Matthieu ce sont des savants païens, des astrologues. Leur adoration de l’enfant annonce que le message chrétien sera pour tous les peuples. Les mages nous disent une bonne nouvelle sans frontière. 

 

Marie :

Marie dit alors : « Oui, vraiment, le Seigneur est grand ! Je le chante !

Mon coeur est dans la joie à cause de Dieu qui me sauve.

Il a fait attention à moi, sa servante sans importance. Oui, à partir de maintenant, les gens de tous les temps diront mon bonheur.

Le Dieu tout–puissant a fait pour moi des choses magnifiques. Son nom est saint.

Il sera plein de bonté pour toujours envers ceux qui le respectent avec confiance.

Il agit avec beaucoup de puissance, il chasse ceux qui ont le coeur orgueilleux.

Il renverse les rois de leurs sièges, et il relève les petits.

Il donne beaucoup de richesses à ceux qui ont faim, et les riches, il les renvoie les mains vides.

Il vient au secours du peuple d’Israël, son serviteur. Il n’oublie pas de montrer sa bonté.

Luc I, 46 à 54

Avant d’être celle qui dit oui, elle est celle qui est choisie. Les évangiles sont très peu bavards sur Marie et les titres que lui ont donné les premiers chrétiens se rapportent avant tout à son Fils. Si Marie est figure de l’humanité, ce n’est pas parce qu’elle est notre mère, c’est parce qu’elle est la première à recevoir Jésus et que chacun est invité à faire sien son psaume de louange.

Publié dans Abécédaire de Noël

Commenter cet article