F comme:

Publié le par Eric George



Féerie

« Tu crois parce que tu m’as vu. Ils sont heureux, ceux qui n’ont pas vu et qui croient. »

Jean XX, 29

La tendance est forte d’insister sur l’aspect féerique de Noël en mettant des angelots partout, en accoutrant les mages des habits princiers les plus riches et les plus exotiques. Ainsi, on en fait un temps hors du temps. Certes, on en souligne ainsi l’importance, mais n’oublie-t-on pas l’essentiel du message : c’est dans notre monde que Dieu nous rejoint, dans ce qu’il a de plus quotidien (une naissance) mais aussi de plus sombre (massacre d’enfants, populations déplacées au grès des puissants, extrême pauvreté) ? Il n’est pas question de faire de Noël une fête douloureuse mais bien de tenir ensembles les deux extrêmes.

 

Fête

Quelle est donc la grande nation qui aurait des dieux aussi proches d’elle que le SEIGNEUR (YHWH), notre Dieu, l’est de nous chaque fois que nous l’invoquons ?

Deutéronome IV, 7

Depuis l’aube des temps, la fête est un temps de rupture, de renversement. En cela, Noël est bien une fête : Dieu se fait homme, le Très Haut se fait tout-petit, de riches païens s'inclinent devant un pauvre bébé juifs, de simples bergers sont informés avant tout le monde des projets célestes...

C’est bien dans cet esprit de rupture que nous pouvons fêter Noël, au-delà de l’abondance et de la consommation, nous pouvons sortir de nos peurs, de nos réserves, de nos timidités, de nos égoïsmes. Nous le pouvons parce que c’est la fête et que nous sommes libres. Nous le pouvons parce que notre Dieu nous a rejoint.

 

Fils

La Bonne Nouvelle de Jésus–Christ, Fils de Dieu, commence ici.

Marc I, 1

Plus encore que sa divinité, « Fils de Dieu » est un titre qui souligne l’humanité de Jésus. En effet, Jésus n’est pas fils de Dieu comme Herakles est fils de Zeus, ou comme Jules César se prétendant descendant de Vénus. Ce titre de Fils de Dieu que lui donnent les évangélistes nous rappelle qu’en Jésus, le Père se fait fils. Dieu se fait homme pour pouvoir être ,pour nous et à notre place, ce que nous ne parvenons pas à être par nous-même. Seul, je n’arrive pas à être enfant de Dieu mais Jésus Christ est Fils de Dieu à ma place pour que je le sois à mon tour.

Publié dans Abécédaire de Noël

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article