Calendrier de l'Avent : Témoins de Noël (12)

Publié le

mages.jpgAu passage par Jérusalem, la culture et le mouvement de ces païens (les mages) sont fécondés par la parole de l’Ecriture. Parole morte, prisonnière des orthodoxies, des systèmes et des interprétations figées, la voici qui se remet à vivre, à étinceler, à avoir un sens au moment où ces gens en marche la demandent et la reçoivent et, soudain, s’en emparent pour en vivre. Livre fermé, message inutile, elle retrouve un sens et une actualité brûlante parce que ces païens en recherche veulent une réponse à leur question, réponse neuve et immédiate pour leur toute prochaine étape, la dernière. Hérode et son peuple récitent par cœur un catéchisme stérile, parce qu’ils ne veulent pas le vérifier dans l’histoire ; les mages y trouvent le sens de leur route et, guidés par la Parole, arrivent à Jésus. Sans elle, leur voyage ne mène nulle part, sans leur cheminement elle dort, impuissante et prisonnière, dans l’entourage d’Hérode et de sa religion sclérosée.

 

G. Casalis L’avant-garde de l’humanité païenne in Prédication, acte politique.

Publié dans Abécédaire de Noël

Commenter cet article