A comme :

Publié le par Eric George


Âne

 

Danse de toutes tes forces, ville de Sion ! Oui, pousse des cris de joie, Jérusalem ! Regarde ! Ton roi vient vers toi. Il est juste, victorieux et humble. Il est monté sur un âne, sur un ânon, le petit d’une ânesse.

Zacharie 9, 9

L'âne gris n'apparaît nulle part dans les récits bibliques de l’enfance. Pourtant, sa présence dans nos cantiques et dans nos crèches nous rappelle très justement combien les récits de la naissance de Jésus sont des récits de voyages (l'âne est le principal moyen de locomotion de l'époque), et de voyages forcés (recensement, fuite en Egypte). Et puis l'âne étant aujourd'hui un animal souvent méprisé, sa présence est tout à fait justifiée auprès d'un Dieu qui s'est fait très bas pour rejoindre les plus petits.

 

Ange 

Voici ce que Dieu a dit au sujet des anges : « J’utilise les anges comme j’utilise les vents, ils me servent comme le font les éclairs. »

 

Lettre aux Hébreux 1, 7

En hébreux comme en grec, le terme que nous traduisons par ange, signifie messager. Les anges de la bible ne nous invitent pas à spéculer sur la nature, le sexe des créatures célestes, ils nous affirment que le Dieu très haut s’intéresse aux humains, qu’il leur parle et les écoute. Dès lors, rien de surprenant à ce que les anges soient présent lors de la naissance de Jésus, l’Emmanuel, Dieu avec nous.

 

Anne

Il y a aussi une femme prophète qui s’appelle Anne. C’est la fille de Phanouel, de la tribu d’Asser. Elle est très vieille. Elle a vécu avec son mari pendant sept ans, puis elle est devenue veuve. Elle a 84 ans. Anne ne quitte pas le temple et elle sert Dieu nuit et jour, en jeûnant et en priant. Elle est là en même temps que Siméon et se met à remercier Dieu. Elle parle de l’enfant à tous ceux qui attendent la libération de Jérusalem.

Luc II, 36-38

Cette prophétesse, juive idéale, reconnaît dans l’enfant Jésus, le libérateur. Ainsi la naissance de Jésus est-elle étroitement raccordée au Premier Testament.

 

Annonciation

Le nom de la jeune fille est Marie. L’ange entre chez elle et lui dit : « Réjouis–toi ! Le Seigneur Dieu t’a montré son amour d’une manière particulière. Il est avec toi. » En entendant cela, Marie est très émue, elle se demande : « Que veut dire cette façon de saluer ? » L’ange lui dit : « N’aie pas peur, Marie ! Oui, Dieu t’a montré son amour d’une manière particulière. Tu vas attendre un enfant, tu mettras au monde un fils, et tu l’appelleras Jésus. Personne ne sera aussi important que lui. On l’appellera Fils du Très–Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le royaume de David, son ancêtre. Il sera le roi du peuple d’Israël pour toujours, et son pouvoir ne finira jamais. » Marie dit à l’ange : « Comment cela va–t–il arriver ? En effet, je ne vis pas avec un homme. » L’ange lui répond : « L’Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très–Haut te couvrira comme l’ombre. C’est pourquoi l’enfant qui va naître sera saint, et on l’appellera Fils de Dieu. Écoute ! Élisabeth, qui est de ta famille, elle aussi est enceinte et elle aura un fils. Pourtant elle est vieille. On disait qu’elle ne pouvait pas avoir d’enfant, et maintenant, elle est enceinte depuis six mois ! Non, rien n’est impossible pour Dieu ! » Marie répond : « Je suis la servante du Seigneur. Que Dieu fasse pour moi ce que tu as dit ! » Alors l’ange la quitte.

 

Luc I, 27 à 28

L’Evangile selon Luc raconte de façon très détaillée les évènements précédant la naissance de Jésus : annonce de la naissance de Jean le baptiste, annonce de la naissance de Jésus, rencontre de Marie et Elizabeth, naissance de Jean le baptiste. Tous ces événements sont pleins de références au Premier Testament. Ainsi l’évangéliste nous enseigne que tout en étant une totale nouveauté, la naissance de Jésus est aussi l’accomplissement d’une promesse, la naissance de Jésus n’est pas une coupure avec Israël, elle s’inscrit dans l’histoire du peuple de Dieu.

 

Avent

Les Pharisiens demandent à Jésus : « Quand le Royaume de Dieu va–t–il venir ? » Il leur répond : « Le Royaume de Dieu ne vient pas comme une chose qu’on voit.On ne dira pas : “Il est ici” ou : “Il est là–bas”. En effet, le Royaume de Dieu est au milieu de vous. »

Luc XVII, 20-21

Proposée comme une période de préparation à Noël, l’Avent est aujourd’hui surtout vécu comme un décompte. Vivre l’Avent comme un avant-goût de Noël, c’est une assez belle image de l’attente vécue comme une anticipation de ce qui vient. En effet, préparer activement une fête, n’est ce pas déjà vivre cette fête ? Les théologiens parlent souvent du Royaume de Dieu, annoncé par Jésus comme un déjà là et un pas encore…

Publié dans Abécédaire de Noël

Commenter cet article